INFRASTRUCTURES

Nouvelles règlementations pour le trafic cycliste à partir du 1er janvier 2016

  • Autorisation à déroger à l’obligation de tenir sa droite
    Jusqu’à fin 2015, il était seulement autorisé de déroger à l’obligation de tenir sa droite dans des ronds-points à une seule voie ainsi que lors d’un changement de direction sur la gauche.
    Modification:  des flèches de direction jaunes pourront être apposés sur les voies obliquant à droite où les cycles peuvent continuer tout droit (Art. 74a al. 7 let. e SSV5), de plus les cyclistes seront désormais autorisés à déroger à l’obligation de tenir leur droite dans tous les carrefours.
  • Si une route est munie du signal « Accès interdit » (2.02), les autorités seront disposées à laisser le passage aux cyclistes et aux cyclomotoristes si la place est suffisante et qu’il n’y pas de raison contraignante. Elles peuvent également faire d’autres exceptions notamment pour les véhicules des transports en commun. Depuis le 1.1.2016, les autorités devront laisser le passage à contresens des vélos et des cyclomoteurs sur les routes à sens unique sauf s’il y aurait un manque de place ou une raison qui l’en empêcherait. Les autorités devront autoriser le trafic en sens inverse à moins que l’espace soit insuffisant. Ainsi « la charge de la preuve » sera inversée : dorénavant, il ne sera plus nécessaire de démontrer que le trafic en sens inverse est possible mais qu’il est impossible.
  • Le signal « Impasse » (04.09) indique une route par laquelle on ne peut pas transiter. Si une route débouche à sa fin sur un chemin pour piétons ou une piste cyclable, le signal avec les symboles correspondant peut être complété (« Impasse avec des exceptions »; 4.09.1).
  • Pour garantir notamment la sécurité sur le chemin de l’école, la plaque complémentaire « vélos autorisés» peut être ajoutée au signal «Chemin pour piétons» (2.61) sur des routes où la circulation est relativement élevée, au début d’un trottoir peu fréquenté. Le trottoir peut alors être utilisé par des conducteurs de cycles et de cyclomoteurs dont la vitesse maximale par construction n’est pas supérieure à 20 km/h et dotés d’une assistance au pédalage ne dépassant pas les 25 km/h.
  • Les pistes cyclables bidirectionnelles  sont permises hors des localités uniquement avec une ligne de démarcation centrale séparant les deux chaussées. Ce qu’il est convenu d’appeler les « chaussées à voie centrale» sont interdites en-dehors des localités et aux intersections en raison de leur dangerosité.
  • Jusqu’à présent l’apposition du pictogramme du vélo n’était admise que sur les bandes et pistes cyclables. Désormais, elle sera également possible:
    a. sur les voies réservées aux bus;
    b. sur les places de stationnement réservées aux vélos;
    c. au bord de la chaussée devant les refuges pour piétons tout comme sur les passages étroits lorsqu’une bande cyclable doit être interrompue;
    d. sur les routes à sens unique où les cycles sont autorisés à circuler en sens inverse et qu’il n’existe pas de bande cyclable;
    e. sur les voies obliquant à droite où les cycles peuvent continuer tout droit contrairement aux véhicules en général. Dans ce cas, le pictogramme sera complété par des flèches de directions jaunes.
  • Le lâcher de pédales est désormais autorisé.
  • Dès à présent, les cycles tirant une remorque doivent emprunter les pistes cyclables. Pour l’OFROU, autoriser les cycles tirant une remorque à emprunter la piste cyclable à titre purement exceptionnel est inutile et injustifié du point de vue de la sécurité routière. Cette disposition n’est notamment pas appropriée pour les cycles tirant des remorques pour enfants et devait donc être modifiée. Étant donné que les remorques pour cycles ne peuvent pas être plus larges que les cycles eux-mêmes, il n’y a pas lieu non plus d’adapter les pistes cyclables.

 

Source PRO VELO Suisse

Posted in: Le vélo et la loi (juridique)