En premier lieu, PRO VELO tient à rappeler l’importance pour tous les usagers de la route, y compris les cyclistes, du respect des règles de la circulation. Il en va de la sécurité de tous les usagers. PRO VELO appelle ses membres au respect du code de la route et à un maximum de fair-play, en particulier auprès des piétons.

Notre association encourage un moyen de transport non polluant et rapide sur de petites distances, pour le bien de toute la population, mais ne cautionne en aucune manière le comportement illicite dangereux de certains cyclistes.

Nous ne pouvons donc approuver des cyclistes se déplaçant p.ex. sur les trottoirs alors même que des pistes cyclables seraient disponibles, ou enfreignant délibérément des feux rouges sur un grand carrefour, au mépris et à la frayeur d’autres usagers. Nous rappelons régulièrement à nos membres l’importance de rouler visibles et éclairés la nuit, de respecter les feux rouges (pour leur propre sécurité), ou de laisser suffisamment de place sur le trottoir lors d’un parcage de vélo (par respect pour les piétons), pour ne citer que quelques points.

Il est toutefois indispensable à ce stade d’expliquer certains comportements qui peuvent prêter le flan à la critique. En effet, il faut noter qu’un cycliste est vulnérable, n’ayant pas de carrosserie pour le protéger, et il peut enfreindre certaines règles pour protéger son intégrité physique, pour des raisons de sécurité car il n’existe pas d’aménagements cyclables. Il s’agit par exemple d’anticiper le feu vert pour ne pas être « coincé » par le flux de la circulation, ou d’utiliser un trottoir à la montée (sans danger pour les piétons) alors même qu’aucun aménagement cyclable n’est prévu sur la route (p.ex. l’avenue de Beaulieu, la rue de la Borde ou l’avenue du Grey en sont des exemples typiques spécifiques à la ville de Lausanne). Nous demandons aux autorités de créer des pistes cyclables, ce qui permettrait aux utilisateurs de la petite reine de respecter la loi sans mettre leur vie en danger.

D’autres situations peuvent sembler pour des personnes mal informées un non respect des règles de circulation, alors que la législation l’autorise, comme traverser un giratoire en restant au milieu de la route, rouler sur des zones piétonnes le tolérant (p.ex. la Rue de la Tour ou Haldimand à Lausanne), remonter les files arrêtées par la droite.

Il faut également noter l’inadéquation de la signalisation routière pour les cyclistes à certains endroits : par exemple, un feu rouge pour un tourner à droite ne fait pas sens pour les cyclistes. En Suisse allemande, on trouve très souvent un feu vélo orange clignotant pour les tourner à droite. Les cyclistes ne commettent ainsi plus de fautes lorsque la signalisation routière est adaptée à ce mode de déplacement. Il est à noter également que les pays favorisant l’usage du vélo (Pays-Bas, Danemark, certaines villes d’Allemagne) ont développé des très nombreux aménagements cyclables grâce auxquels les usagers cyclistes ne ressentent plus le besoin de rouler sur les trottoirs (voir article « Vélocité n°87 – la revue du cycliste urbain éditée par la FUBicy »).
Article Vélocité de la FUBicy

Il faut également souligner qu’en ce qui concerne les risques d’accidents entre piétons et cyclistes, les conséquences sont heureusement moins graves qu’en cas d’implication avec un véhicule motorisé (poids, vitesse modérée…). Ce qui n’excuse évidemment pas n’importe quelle conduite dudit cycliste.

Enfin, il s’agit de rappeler que les incivilités ne sont malheureusement pas l’apanage des cyclistes et concernent toutes les catégories de personnes (piétons traversant au rouge ou hors de passages piétons, automobilistes téléphonant en conduisant, se parquant sur les trottoirs ou n’accordant pas la priorité aux piétons sur les passages, autobus se rabattant brusquement sur un cycliste…). Il s’agit donc bel et bien d’un phénomène de société et non imputables aux seuls cyclistes.

Pour agir dans le concret, notre association organise des ventes de phares ainsi que des cours de conduite cycliste de manière à aider adultes et enfants à apprivoiser la circulation en toute sécurité.

En conclusion, PRO VELO tient à souligner qu’il ne faut pas oublier que grâce aux cyclistes, les villes sont moins polluées, moins bruyantes et plus conviviales. Nous somme donc d’avis qu’il est très important de favoriser ce mode de déplacement dans l’intérêt du plus grand nombre, étant entendu que les cyclistes doivent bien évidemment respecter les règles pour que tout ce passe au mieux.

Posted in: Divers, Le vélo et la loi (juridique)