Dossiers


Stationnement

La ville de Lausanne a intégré dans le paysage urbain plusieurs stationnements vélo à la fin 2006 (voir fichier attaché).
Parcs de la place de la gare installés au printemps 2008.

PDF >>>

Le Manuel Stationnement des vélos, édité conjointement par l’OFROU et la Conférence Vélo Suisse, est paru courant novembre 2008, en version française, allemande ou italienne.

Vous pouvez également télécharger ce document en format pdf sous www.mobilite-douce.ch ou www.velokonferenz.ch.

Un bon stationnement, c’est avant tout la possibilité d’attacher son vélo pour éviter les vols. Les systèmes les plus simples (arceaux) font très bien l’affaire. Il est judicieux, en cas d’installation, de choisir un système qui ne risque pas de voiler la roue et qui convienne à n’importe quel guidon.

Pour les exemples ci-dessous, le coût oscille entre fr. 250.-- et 300.-- la place, installation et matériel compris.

 

 

 

 

 

Vous trouverez d’autres systèmes avec quelques informations dans le document ci-dessous.

Voici la liste des adresses des producteurs et vendeurs (fichier annexé) proposant des fixations pour stationnements vélos. 

Pour rappel, la législation suisse spécifie (art. 41 OCR) : « Les cycles peuvent être parqués sur le trottoir pour autant qu’il reste un espace libre d’au moins 1.5 m pour les piétons ».

Voir également nos pages sur les parcs à vélo à Lausanne et sur d’autres types de parcs à vélo.

PDF >>>

1. Système de fixation par la pédale

  • Ne voile pas la roue
  • Sécurité contre le vol (permet de cadenasser la roue et le cadre au support)
  • Mise en place aisée du vélo (pas besoin de se faufiler entre les vélos)

(Attention: La version sur deux étages est à proscrire absolument car terriblement mal pratique.)

 

 

 

 

 

2. Arceaux

  • Ne voile pas la roue
  • Sécurité contre le vol (permet de cadenasser la roue et le cadre au support)
  • Modèles variés s’adaptant à toutes les architectures

 

 

 

 

 

Pour plus de renseignements consultez le document "Systèmes de fixations vélos" en attaché ci-dessous:
PDF >>>

Dans le canton de Vaud, depuis le 1er mars 2008, si les règlements
communaux accompagnant les plans d’affectation ne contiennent pas de
dispositions sur les deux-roues légers non motorisés, les normes de
l’Association suisse des professionnels de la route et des transports
s’appliquent (RLATC art. 40a).

De plus, si la réglementation communale n’est pas conforme aux
normes en vigueur, ces dernières sont applicables. Par ailleurs, les
immeubles destinés à l’habitation collective ou à une activité commerciale doivent
être pourvus de locaux ou de couverts pour les deux-roues légers non
motorisés (RLATC art. 32).

Les normes suisses VSS contiennent des données techniques ainsi que
des directives intéressantes, telles que l’accessibilité des parcs ou
locaux à vélos ainsi que le nombre de places prévues par nouvelle
construction :

Pour le nombre de places vélo minimum (Norme VSS 640 065, éd. 08.2011) :

1 place par pièce d’habitation pour le logement

2 places pour 10 places de travail pour personnel de tout type d’entreprise ou de commerce

3 places pour 10 places de travail pour visiteurs des entreprises avec beaucoup de clients

2 places pour 10 places de travail pour visiteurs des hôpitaux ou EMS

2 places par 100 m2 de surface de vente pour les magasins

2 places pour 10 places assises pour les restaurants

 

La norme fixe également le pourcentage de répartition entre les places de stationnement de courte et de longue durée. Pour le logement, par exemple, il faut prévoir 30 % de places de courte durée et 70 % de places de longue durée.

 

Pour l’installation et l’équipement du stationnement (Norme VSS 640 066)

 - Eviter les escaliers

- Distance proche de 30 à 100 mètres des entrées des habitations ou des magasins

- Installations couvertes pour stationnement extérieur de longue durée

- Installations si possible couvertes et pour stationnement de courte durée

- Système permettant de fixer simultanément cadre et roue

- Dimension de la place avec arceau pour cadre, min. 0.50/2.00m, plus surface pour accès.

- Dimension de la place avec arceau pour roue avant et support de guidon, en surélévation alternée, min. 0.45/2.00m, plus surface pour accès.

 

L’application de ces mesures permettra de favoriser l’usage du vélo comme moyen de locomotion.

A Lausanne, pour consulter les plans officiels, c'est le PGA qui fait foi. 

PDF >>>

Quelques exemples qui ne sont pas l’idéal pour PRO VELO Région Lausanne (pour les bons plans voir "Les bons stationnements vélos".

 

 

 

 

 

En Suède, on met des chapeaux sur les selles:

 

 

 

 

 

A Prague, place à la tactique du ressort géant

 

 

 

 

Et un projet humoristique

 

 

 

 

La solution à deux étages est à déconseiller car terriblement mal pratique (ceci est généralement dû à la mauvaise utilisation du système par une proportion importante des cyclistes)

 

 

 

 

 

Comment garer son vélo à Tokyo ?

Cliquez sur le lien pour visionner le concept: http://www.koreus.com/video/parking-velo-tokyo.html


Politique

Cette motion a été renvoyée au Conseil d'Etat le 26 janvier 2010 à une très large majorité.

Motion Mobilité Douce (pdf) >

Cette motion a directement été envoyée au Conseil d'Etat le 19 janvier 2010.

Motio Grégory Devaud (pdf) >


Canton

PRO VELO Région Lausanne salue la volonté du Canton de passer des études au concret

L’annonce faite ce jour par le Conseil d’Etat de modifier la Loi cantonale sur les transports publics pour permettre notamment le co-financement d’infrastructures pour les réseaux cyclables en agglomération et d’allouer un premier crédit-cadre de 13,3 millions pour réaliser des projets dans trois des agglomérations vaudoises est un signe fort et très positif qui doit être signalé comme tel.

Le communiqué complet: cp_canton_provelo_130516

En fichier attaché, voilà le communiqué de presse de PRO VELO Région Lausanne concernant la nouvelle stratégie cantonale de promotion du vélo à l'horizon 2020.

PDF >


PALM

  • Tous les détails de l'étude de PRO VELO Région Lausanne sur l'ouest lausannois dans le menu plus bas "Le vélo dans l'ouest lausannois - bilan"
  • A consulter également le site du sdol:
  • Ou encore l'étude du PALM sur la mobilité douce - cf. annexe
  • Et les propositions de PRO VELO Région Lausanne émises dans le courrier adressé en août 2007 à MM les Conseillers d'Etat Jean-Claude Mermoud et François Marthaler - cf. annexes

PDF

PALM strategie MD >>>

Mobilité douce dans le PALM >>>

Lettre PALM proposition - août 07 >>>

Bilan en mars 2005

Etude « Le vélo dans l’Ouest lausannois », janvier 2003 - Bilan des nouvelles réalisations Mars 2005

Bussigny

Rencontre le 24 mars 2003 avec la Municipalité in corpore. Une étude sur la circulation et le stationnement des cycles sur Bussigny a été accomplie sur mandat de la commune. L’essentiel des propositions (itinéraires directs ou alternatifs, stationnements prioritaires, mesures d’incitation, etc.) a été réalisé ou est en cours de réalisation.

Améliorations depuis 2003 :

  • Croix-de-Plan - terrain des services communaux (3.21) : un raccourci reliant le carrefour de la Croix-de-Plan à la route de Sullens a été aménagé et muni de pictogrammes.
  • Réalisation de quatre racks à vélo avec stationnement couvert au sud de la gare, à la Migros près de la gare, à l’administration communale ainsi qu’au collège de Tombay. Deux autres postes de stationnements sont en voie de réalisation : au chemin de Riettaz et au nord de la gare.
  • Réalisation d’un passage sur le Grand-Record
  • En voie de réalisation : Trajet sur la rue de l’Arc-en-Ciel, sur la rue de Lausanne devant l’hôtel de Ville et dans le passage sous-voie au droit des terrains de sport « Les Îles ». Un aménagement au carrefour de la Croix-de-Plan est en attente au près du Canton

Chavannes

Rencontre le 30 avril 2003 avec Mme Claudine Jaton, Municipale, directrice des travaux ainsi qu’un chef de service de l’administration.

Pas de nouveaux aménagements à signaler à notre connaissance.

Crissier

Rencontre le 3 avril 2003 avec le M. le Syndic Gilbert Bovay, MM. les Municipaux Bruno Lutz et Michel Tendon, ainsi que de trois personnes représentant l’administration.


Améliorations sur les parcours de l’étude depuis 2003 :

  • Avenue des Alpes sud (9.12) : Aménagements de sas vélo
  • Route de Prilly (1.3) : Voies bus ouvertes aux cyclistes.
  • Pont Bleu à la montée : aménagement d’un chanfrein sur la bordure du trottoir avant le muret. Il faudrait toutefois expliciter l’indication de mixité (pictogramme)

Ecublens

Rencontre le 29 avril 2003 avec M. Pascal Treboux, chef de la police ainsi que deux autres personnes représentant l’administration. 2e rencontre le 28 septembre 2004 au sujet de Renges avec MM. Pascal Treboux et Charly Rossier, chef du service des travaux.

Améliorations sur les parcours de l’étude depuis 2003 :

  • Traversée de Renges (2.20) : La zone 30 a été réalisée.
  • Rue du Villars jusqu’au giratoire route Neuve (5.5) : Une piste mixte vélo/piétons a été réalisée
  • Ch. de la Forêt (4.13) : Suite à des essais auxquels CYCLIC et l’ATE ont participé en février 2003, un aménagement de stationnement alterné et bastions a été réalisé. Il ralentit efficacement le trafic

Selon nos informations, la signalétique pour cyclistes est envisagée pour la traversée de Renges (2.20) ainsi que sur le sentier traversant la Venoge (2.22). La réfection du pont sur la Venoge devrait être réalisée en 2005 par la commune d’Ecublens. Nous encourageons vivement ces réalisations.

A améliorer facilement :

Inscrire des pictogrammes vélos sur les bandes de l’avenue du Tir fédéral (8.2 à 8.4) ainsi que sur la route de la Pierre (5.7).

Lausanne

Les associations n’ont pas sollicité la Ville de Lausanne pour une rencontre puisque des contacts réguliers avec le délégué vélo ont lieu dans le cadre du groupe deux-roues légers (GDRL).

Améliorations sur les parcours de l’étude depuis 2003 :

  • Carrefour ch. de Renens - Recordon (2.3) : Avancement de la ligne de marquage au chemin de Renens avec une présélection vélo protégée par un îlot.
  • Carrefour Chablais - Usine à gaz (2.10) : La présélection demandée pour tourner à gauche a été réalisée.
  • Avenue du Belvédère (4.2) : Aménagement d’une présélection vélo pour tourner à gauche
  • Rue de Genève, Avenue de Morges et carrefour du Galicien (3.1 à 3.6) : L’aménagement du cheminement a été complété de Chaudron au Galicien. Mixité piétons-vélos à l’avenue de Morges et bandes cyclables. Réaménagement vélo du carrefour Secrétan- Sébeillon - Genève.
  • Route de Vidy (6.1) : le parcours est maintenant éclairé

A améliorer facilement :

Route de Prilly : mixité vélo/bus dans la voie bus. Au besoin élargir quelque peu la voie bus.
Avenue de Provence (4.4) : améliorer le marquage des bandes.

Prilly

La commune étudiait la question en 2003 et ne voyait pas l’utilité de nous rencontrer.

Malheureusement, nous devons compter avec des détériorations de la situation sur la commune de Prilly.

  • Avenue du Chablais sud (2.9) : la situation s’est nettement détériorée du point de vue cycliste. La création d’une voie bus au centre sans la suppression du stationnement des deux côtés ne laisse plus une place suffisante aux cyclistes

Renens

Lors de la prise de contact en 2003, la commune étudiait la question et nous proposait de reprendre contact plus tard. A ce jour, nous n’avons toutefois pas été approchés par la commune.

Améliorations sur les parcours de l’étude depuis 2003 :

  • Rue du Léman, passage sous-voies, ch. des Airelles (10.5 et 10.6) : il y a maintenant un sas vélo qui permet d’aborder plus sereinement le passage vers la rue du Léman depuis l’av. des Airelles et également en venant de Lausanne par la rue de Lausanne

Gare de Renens : un potentiel formidable existe pour rallier à vélo cet important nœud ferroviaire. Malheureusement, les possibilités de stationnement sont inexistantes ou n’assurent pas le minimum de sécurité nécessaire. C’est une priorité absolue de développer les parcs à vélos sécurisés à la Gare de Renens à l’exemple de ce qui se fait systématiquement en Suisse allemande ou à la Gare de Lausanne. Une autre priorité doit être le franchissement nord-sud de la gare elle-même. Venant par exemple de Crissier pour aller sur le site des Hautes Ecoles, les cyclistes n’ont pas de possibilité de traverser la zone de la gare aisément et en sécurité.

St-Sulpice

Rencontre le 27 mars 2003 avec M. le Syndic Maurice Decoppet.


Améliorations sur les parcours de l’étude depuis 2003 :

  • Des bandes cyclables ont été marquées à la rue du Centre entre l’Auberge communale et le chemin des Chantres
  • Un sas vélo a été marqué au carrefour "Castolin", au débouché de la rue du Centre sur la route Cantonale RC1

Un point qui est également du ressort du Canton : la traversée de la route cantonale pose par contre toujours problème, notamment pour accéder à l’avenue Forel (9.2).

Site UNIL-EPFL

Sur les sites de l’Unil et EPFL, les cyclistes sont nombreux. Pourtant, les directions des Hautes écoles semblent se désintéresser totalement de la question, un comble lorsque l’on sait que plusieurs chaires étudient la mobilité. Les bâtiments parsèment le paysage mais rien ne les relie, les parcs à vélos sont disséminés sur le site mais il n’existe pas de concept global.

Etat de Vaud - Service des routes

Rencontre le 30 avril 2003 avec MM. Franz Gerber et Alain Sauvageat du Service des routes.


Améliorations sur le parcours de l’étude depuis 2003 :

  • Carrefour Bourdonnette - Unil (2.12) : Situation améliorée par une bande cyclable entre l’entrée de l’autoroute et l’entrée sud de l’université. Un giratoire ralentit en outre le trafic.
  • Route cantonale 1 (6.2 - 6.5) : Aménagements cyclables importants. L’accès à l’EPFL reste toutefois difficile

A St-Sulpice notamment, la traversée de la route cantonale pose toujours problème pour accéder à l’avenue Forel (9.2).

Fichiers joints : vélo dans l'ouest lausannois, propositions de 2003

Velo ouest lausannois >>>


Transports publics et vélos

Familles et chargement des vélos dans les TP  (état au 19 nov. 2012)

Pour les enfants et familles, la règle générale est (offre CFF valable surtout Mobilis):       

  • Les vélos d'enfants de moins de 6 ans sont toujours acceptés et gratuits.
  • Les règles d'acceptation dans les véhicules des vélos d'enfants entre 6 et 16 ans sont identiques à celles pour les vélos adultes (donc "Pour autant que la place soit suffisante et que cela ne dérange pas les voyageurs" et pas permis dans les services de substitution).

Avec carte Junior et Grands-Parents: le vélo est comme un membre de la famille: "papa vélo" ou "maman vélo" doit avoir payé pour que les "enfants vélos" soient gratuits

  • Si les parents sont à vélo, le vélo adulte doit avoir un titre de transport valable. Dans ce cas, le vélo enfant est gratuit
  • Si les parents ne sont pas à vélo, le vélo enfant n'est pas "couvert" par son "papa vélo" et le demi tarif s'applique au vélo enfant

Les enfants et le train sur le site des CFF :

http://www.cff.ch/abonnements-et-billets/billets-suisse/enfants.html

Banc Public no 47 (journal des Transports publics de la Région Lausannoise - TL)

Et en particulier un article sur PRO VELO en page 10 !

Depuis le 21 juin 2007, les Transports publics de la région Lausannoise acceptent l’embarquement des vélos, à certaines conditions. Bonne nouvelle pour les cyclistes (+ potentiels cyclistes) lausannois.

Flyer des TL avec les règles d’embarquement.  

 

Chargement des vélos dans les transports publics de la communauté tarifaire vaudoise (CTV, Mobilis) : état des lieux au 1er juin 2012:

TableauCTVMobilis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Genève
Situation proche de Lausanne. Ils ouvrent petit à petit les voies bus aux vélos. Pour les contre-sens même des voies assez étroites sont mixtes (3.50 m). Sinon, des voies larges de 4.50 m sont mixtes là où il y a assez de place. A la descente, cela se négocie plus facilement.

Zurich
La situation est assez difficile. Quelques voies de 3 m mais d’avantage de plus de 4 m sont ouvertes aux cyclistes, mais toujours dans des tronçons sans carrefour. Ils y a des problèmes avec les taxis, qui dont autorisés à emprunter les voies bus.

Fribourg
Une bonne partie des voies bus est ouverte aux cyclistes (env. 40-50%). La mixité se décide au cas par cas, sans critères de largeur et de pente. Pas de plainte de la part des chauffeurs.

Berne
La situation est excellente, mixité pour des voies de 3.5 m, certaines aussi de 3 m. La pente ne joue pas de rôle dans le choix d’ouvrir la voie. Au début les chauffeurs de bus étaient réticents, mais la mixité se passe aujourd’hui très bien et les chauffeurs l’ont petit à petit acceptée.

Bâle
A Bâle. il y a relativement peu de voies bus, mais elles sont toutes ouvertes aux cyclistes : dès 3.20 m en mixité, dès 4.25 m - 4.5 m ils peignent une bande cyclable à droite de la voie. Il n’y a jamais eu de problème avec les chauffeurs de bus. Le débat est maintenant lancé car les taxis veulent pouvoir aussi y rouler, mais les cyclistes y sont totalement opposés.

Données récoltées le 11 avril 2005 auprès des responsables "vélo" des villes mentionnées

A Lausanne

Les vélos sont acceptés dans le métro et le métrobus et depuis juin 2007 dans les bus (sauf ceux de petite capacité, minibus) pour autant que la place le permette. Le prix du billet est le même que pour l’usager (généralement fr. 2.40). Source : dépliant édité par les TL

A Neuchâtel
Les vélos sont acceptés dans les funiculaires. Tarifs : petit parcours fr. 1.70, autre fr. 2.50 (même prix que pour un passager).
Source : site des transports publics neuchâtelois

A Berne
Le transport des vélos est autorisé dans les bus, (sauf bien sûr aux heures de pointe), tarif CHF 1.90 pour le court trajet et CHF 3.20 pour les zones 1 et 2 (réduction avec les abonnements général, demi-tarif, et Libero) Source : www.bernmobil.ch

A Zurich
Les vélos sont acceptés en principe sur toutes les lignes à condition qu’il y ait assez de place et qu’ils ne soient pas trop crottés. En matière de tarif, l’offre est très diversifiée : carte journalière, abonnement annuel à 195.-, tarif simple course qui sont ceux des billets pour passager.
Source : www.vbz.ch

A Bâle
Les vélos sont acceptés sur toutes les lignes en dehors des heures de pointe et pour autant qu’il y ait suffisamment de place. Prix : 3.60. Pour les 2 collines : 1.80, sans restriction d’horaire.
A Saint-Gall
Dans tous les bus, mais pas à midi ni le soir. Prix 1.85 (ou tarif enfant)
Source (lien cassé) : www.stadt-st-gallen.ch/148.htm

A Paris
Lignes : Ligne1 (la principale, la traversée est-ouest de Paris) le dimanche et les jours fériés, jusqu’à 16h30, RER : en dehors des heures de pointe la semaine, sinon libre. Prestation gratuite, mais compliquée par la configuration du métro (ouverture des portillons par les agents, interdiction des escalators, etc.)
Source : site RATP ("s’informer - faciliter vos déplacements - le transport des bicyclettes")

A Bruxelles
Depuis juillet 1997, les cyclistes bruxellois pouvaient emporter leur vélo dans le métro les soirs de semaine après 19 h et sans limite le week-end et les jours fériés.
A partir du 9 mai 2004, l’accès des vélos dans le métro a été étendu et autorisé tous les jours sauf du lundi au vendredi de 7h à 9h et de 16h à 18h30. L’abonnement vélo coûte 15 EUR par an. Il est aussi possible d’utiliser une carte multicourse au même tarif qu’un voyageur.
Source (lien cassé) : www.citefutee.com/informer/bicyclette.php

A Strasbourg
"Vous pouvez emmener gratuitement votre vélo dans le dernier compartiment du tram en-dehors des périodes de pointe (7h-9h et 17h-19h). En revanche, il est interdit de monter votre bicyclette à bord d’un bus." 4 Véloparcs-tram, répartis sur les lignes A et B du tramway, vous offrent la possibilité de garer votre bicyclette dans un parking gardienné, et de bénéficier pour 2,10* euros, d’un aller-retour en tram pour vous et éventuellement tous les cyclistes du groupe vous accompagnant (jusqu’à 5 personnes). Les Véloparcs-Tram sont ouverts de 7h00 à 20h00 du lundi au samedi. Source : cts-strasbourg.fr

A Hambourg
Lignes : S-Bahn, trains régionaux et de nombreuses lignes de bus et bacs sur le port.
Conditions : interdit aux heures de pointe le matin et le soir en semaine (sauf les bacs qui sont toujours praticables - comme devrait l’être notre métro M2 remonte-pente). Priorité aux poussettes et handicapés. Le cas échéant, le cycliste doit descendre de véhicule. Il y a deux places auprès de chaque portière, y-compris dans les bus.
Source : www.hvv.de

A Dresde
Les transports en commun de la ville de Dresde (hors S-Bahn DB AG) sont composés de trams, bus, funiculaire et ... même d’un système de monorail suspendu. Dans TOUS les véhicules de Dresde il est possible de transporter son vélo. Que ce soit dans les bus "normaux" ou articulés, les trams Tatra ou autre combino à 5 ou 7 caisses, il y a de la place> prévue pour les vélos ainsi que les chaises de handicapés et autres poussettes.
Et de nombreuses autres villes en Allemagne : www.bahn.de
Vous connaissez d’autres exemples ? Transmettez-les nous pour les afficher sur cette page (contact(a)pro-velo-lausanne(point)ch).

Tableau de synthèse analysant la situation de quelques villes en Suisse :

Embarquement des vélos 2005 (Power Point)


Vélos et commerce de détail

 

Une étude comparative de 3 villes françaises (Besançon, Grenoble, Toulouse) et 3 villes suisses (Berne, Genève, Lausanne) a montré que dans les villes qui ont le plus facilité la circulation en voiture, les petits commerces perdent davantage de clients au profit des hypermarchés de banlieue. Source : "Les citadins face à l’automobilité", V.Kaufmann, C.Jemelin et J.M.Guidez, EPFL + CERTU (1998).

 

Vélo et commerce de proximité : des intérêts communs ! Pourquoi participer ?

 

Face à la congestion des villes et au manque de places de stationnement, les cyclistes sont vos clients de demain. Pensez à eux dès maintenant ! Pourquoi ? Le cycliste : un client fidèle qui dépense plus !

  • 50% des déplacements en ville font moins de 5 km 
  • 96% des achats en ville pèsent moins de 10kg 
  • Idéal pour les cyclistes !

 

Le cycliste se rend dans des commerces proches de chez lui et le fait plus souvent. 

  •  ses nombreux petits et moyens achats rapportent gros ! 
  • il permet une présence rassurante et conviviale à proximité des commerces. 
  • Idéal pour les affaires !

Vous trouverez ci après un argumentaire plus détaillé :

  • Le client qui vient à vélo est reconnu plus fidèle et régulier : il se rend dans des commerces plus proche de chez lui. Il le fait donc plus souvent. L’automobiliste parcourt souvent une plus longue distance (et est confronté au problème du parking) vient moins souvent.
  • Le client qui vient à vélo dépense plus ! De nombreuses études montrent que ses dépenses hebdomadaires sont identiques voire supérieures à celles du client automobiliste. Ses nombreux petits et moyens achats rapportent gros !
  • Un vélo consomme 10 fois moins d’espace de stationnement qu’une voiture. La difficulté de trouver une place de stationnement à proximité de votre magasin décourage de nombreux automobilistes, qui se tournent alors vers les grandes surfaces. En revanche, les clients cyclistes s’arrêteront beaucoup plus facilement devant le magasin de leur choix car le parking n’est pas un frein. Transformer une place de voiture, c’est jusqu’à 10 vélos qui pourront stationner donc 10 fois plus de clients !
  • Plus de sécurité et de convivialité aux abords des commerces. Les clients automobilistes sont pressés de faire leurs achats car leur voiture est mal garée ou leur temps de parking limité. Les clients piétons et cyclistes sont plus détendus car ils n’ont pas ces problèmes. Ils offrent une présence rassurante et conviviale à proximité des commerces.Idéal pour les affaires ! Plus de clients feront leurs achats à vélo, moins de voiture viendront encombrer les abords des zones commerçantes ce qui les rendra plus attrayantes et plus sécurisantes.
  • Encourager les clients à faire leurs courses à vélo, c’est développer un réseau commercial local duquel clients et commerçants sortent gagnants : pas de long et coûteux déplacements pour les uns, viabilité et pérennité de l’activité commerciale pour les autres.

  

Références : 

 

« Villes cyclables, villes d’avenir », brochure éditée par la Commission européenne, 1999.

 

http://ec.europa.eu/environment/archives/cycling/cycling_fr.pdf

 

« Piétons et cyclistes dynamisent les commerces de centre-ville et de proximité », étude réalisée par la Fubicy, en collaboration avec l’ADEME. Dossier du vélo urbain n°6, août 2003 – publication Ademe n°4841

 

http://www.fubicy.org/spip.php?page=imprimer&id_article=192

 

 « Déplacements et commerce. Des sources de données pour le commerce », CERTU – ADEUS 2004 – 69 pages – ISSN 1263-2570

 

 



Statistiques

Lausanne termine au 14ème rang sur les 19 villes prises en compte.
La situation lausannoise s'est améliorée depuis 2006 même si aucune des catégories évaluées (climat général; sécurité; confort; réseau cyclable;
stationnement ; vélo et autorités) ne reçoit de note suffisante. En matière d’augmentation du confort, Lausanne fait par contre figure de championne (passant de 2.6 à 3.2, sur un maximum de 6 points). Cela est principalement dû à l’amélioration du transport des vélos par
les TP. Lausanne obtient ainsi le meilleur résultat parmi les villes romandes, ce qui était complètement l’inverse lors de l’enquête précédente. La moins bonne amélioration est à chercher du côté de la sécurité particulièrement mauvaise sur les grands axes et aux intersections ainsi que de par le manque de pistes et bandes cyclables.

Avec Fribourg et Neuchâtel, Lausanne est la lanterne rouge quant au
réseau cyclable.

L'ensemble du rapport 2010, publié le 20 mai 2010,
est consultable.

"Les relevés du trafic cycliste, réalisés sur quatre points d'observation en ville de Lausanne, montrent une hausse significative. De 2002 à 2008, une évolution de près de 60% du nombre de déplacements en vélo a en effet pu être observée... ."

Source: Service des routes et de la mobilité, Délégué vélo, Lausanne

Evolution Cylistes >>>


Location – Prêt – Achat de vélos

Louer des vélos à Lausanne et à Morges

Vous pouvez trouver des vélos d'occasion chez notre magasin partenaire TandemDépôt-vente de sport, Avenue de Montchoisi 49, 1006 Lausanne, 021 601 50 36.

D'autres sites internet de troc proposent de bonnes offres pour des vélos d'occasion : Le site suisse Velomarkt : http://www.velomarkt.ch/veloboerse.php et le site français troc vélo : http://www.troc-velo.com/

Et bien sûr, des vélos d’occasion sont en vente à nos diverses foires aux vélos.

Autres infos pratiques

Pour faciliter vos déplacements, vous pouvez vous procurer la carte vélo 2006, fruit de plusieurs mois de travail de PRO VELO Lausanne en collaboration avec d'autres partenaires. Celle-ci est éditée par la Ville de Lausanne.

N’hésitez pas à nous transmettre vos trouvailles sur les meilleurs itinéraires, les raccourcis ou les cours de bricole cycliste !

Sur Internet, le site Cyclurba propose un guide pratique du vélo en ville, avec des conseils pour choisir, entretenir et réparer les bicyclettes urbaines.

 

Tandem, notre magasin partenaire à Lausanne a réalisé un tableau récapitulatif des subventions attribuées par communes.

 


Manuel de survie

RC, Assurance Responsabilité civile

Depuis le début de l’année 2012, la vignette obligatoire pour les vélos n'existe plus. Ceci entraine la disparition de l’assurance qui les couvrait contre les dommages causés à des tiers. Désormais, les cyclistes qui n’ont pas d’assurance responsabilité civile privée ne seront plus couverts.

En 2010, le Parlement fédéral a décidé la suppression pure et simple de la vignette pour cycles. La modification législative est entrée en vigueur début 2012, la vignette 2011 restant valable jusqu’au 31 mai 2012.

La nouvelle réglementation s’applique également aux cycles équipés d’une assistance électrique au pédalage (jusqu’à 25 km/h), aux voitures à bras équipées d’un moteur (jusqu’à 10 km/h) et aux fauteuils roulants électriques (jusqu’à 10 km/h).

La plaque reste obligatoire pour tous les autres véhicules motorisés à deux roues, notamment les cyclomoteurs et vélos équipés d’une assistance électrique dépassant 25 km/h. A l’avenir, ce sont des assurances responsabilité civile privée qui couvriront les dommages causés par des cyclistes, étant entendu qu’il s’agit désormais d’assurer le conducteur et non plus le véhicule. Or les autorités estiment qu’en Suisse, un habitant sur dix ne dispose pas d’assurance responsabilité civile privée. L’Office fédéral des routes (OFROU) a donc lancé une campagne de sensibilisation à l’échelle nationale, qui invite la population à vérifier sa couverture d’assurance afin de se prémunir contre des surprises désagréables : tout conducteur non assuré devra en effet payer de ses propres deniers les éventuels dommages causés à des tiers.

Plus d'informations:
www.adieu-vignette-velo.ch 

Assurance vol
Il y a possibilité d’inclure une clause pour « vol simple à l’exterieur » dans l’assurance ménage. Vérifier que le vélos soient couverts. Il existe des assurances spécifiques ayant pour objet un ou plusieurs vélos, mais elles sont en général assez chères.

Protection juridique

La première étude "baromètre votre ville à vélo" de PRO VELO SUISSE et du velojournal est maintenant terminée. Environ 3000 cyclistes ont répondu au questionnaire. Ceci, pour déterminer comment ils se sentaitent dans leur ville à vélo. Winterthour gagne la meilleure note, suivi de Berthoud et Bâle. Cette dernière remporte la première place, pour les villes de plus de 100 000 habitants.

Résultats et détails sous www.veloklimatest.ch


Suède: Piste cyclable éclairée typique des aménagements suédois - photo M. Davitti

Voici une série de capsules vidéo amusants visant à sensibiliser le grand public à la circulation cycliste tout en insistant sur la sécurité de la conduite.

Ce trajet se prépare en quatre étapes :

1. parcours à pied avec description des difficultés et dangers
2. parcours à vélo avec description des difficultés et dangers
3. parcours à vélo en suivant l’enfant, il rappelle seul chaque difficulté en s’y arrêtant
4. parcours à vélo en suivant l’enfant, sans commentaire

Si la maîtrise du parcours est jugée suffisante par les parents, parcours seul par l’enfant.

Philippe Wiedmer, moniteur cours de sécurité

C'est un test visuel ou d'attention. Comptez le nombre de passes de l'équipe blanche. Ne lisez pas la suite avant de voir la vidéo.

Il s'agit d'une campagne de sensibilisation pour la sécurité routière de Londres (Transport for London), pour faire attention aux cyclistes.

Dans la jungle urbaine de notre chère cité, les embûches sont multiples pour l’utilisateur du vélo.
Qu’il s’agisse des désagréments quotidiens, d’endroits particulièrement dangereux pour les cyclistes, d’incidents bénins, ou malheureusement d’accidents aux conséquences parfois graves, nous pensons qu’une attitude réfléchie et cohérente permet d’en minimiser les effets, voire de participer à une certaine sensibilisation des autres usagers de la routes, des autorités, etc.. à la fragilité (à la grandeur ?) des cyclistes.

Le trafic urbain a connu une importante augmentation en quelques décennies. Face à ce déferlement de ferraille, de bruit, de pollution, force est de constater que les cyclistes ne font pas toujours le poids, qu’il leur est difficile d’avoir la place qui devrait être la leur dans la circulation. Il n’est pas rare que ce soit la loi du plus fort ou du plus lourd qui prévale.

Nous avons touTEs été un jour ou l’autre prisE au dépourvu par une manœuvre plus ou moins volontairement indélicate de la part d’un autre usager de la route. Qui ne s’est pas fait serrer dans un virage, couper la route dans une descente, frôler dans un dépassement, quand il ne s’agit pas de manœuvre d’intimidation aussi désagréables que desécurisantes ?

La plupart de ces événements se soldent heureusement sans incident et certains diront que, ma foi, c’est notre lot quotidien ma brave dame. Leur principale conséquence est d’établir un sentiment d’insécurité. Parfois ce sentiment d’insécurité se concrétise de manière beaucoup plus tragique.

Ces multiples désagréments et l’insécurité qui en découle sont un frein énorme au développement du vélo comme moyen de transport alternatif, moderne et crédible. Nous pensons que certains comportements et attitudes permettent de diminuer les risques ou de mieux défendre ses droits lors d’un incident/ accident /interaction avec d’autres usagers de la route.

Cette partie du site se propose de faire une brève analyse de quelques problèmes rencontrés par les cyclistes en terme de sécurité et parfois de proposer des ébauches de solutions.

(voir pages suivantes)
 
Rubrique moulinée par Pierre

"Ceux qui circulent à vélo en ville à la nuit tombée comprendront immédiatement l’intérêt de ce concept. Utilisant des lasers fixés à votre bicyclette, le dispositif LightLane
projette un marquage virtuel de piste cyclable, incitant les
automobilistes à respecter votre petit ruban de bitume pour vous
dépasser...".

Un membre a souhaité nous faire partager une vidéo très intéressante sur les dangers que menacent un cycliste dans le milieu urbain. Même si le film se déroule à Paris, les problématiques rencontrées sont les mêmes pour toutes les villes.

Plusieurs centaines de lausannoisEs ont fait le choix de se déplacer à vélo. Ces personnes sont bien sûr confrontées à une topographie assez escarpée, mais aussi à la pollution, à l’encombrement et au bruit occasionné par les autres usagers de la route.

Mais ce n’est pas tout :

Il faut encore compter sur les comportements inconscients de certains conducteurs.
Il y a une différence essentielle entre les cyclistes et la plupart des autres usagers de la route : leur extrême vulnérabilité.
Les cyclistes n’ont pas de carrosserie. La distance qui les sépare des autre usagers de la route est seule garante de leur sécurité. En cas de léger accrochage, c’est directement l’intégrité physique qui est en jeux et pas simplement un peu de tôle froissée. Voilà pourquoi il faut prendre ces incidents très au sérieux et les combattre à tout prix !

Voici une liste non exhaustives de diverses désagréments liés aux déplacements cyclistes.

  • Se faire serrer par un véhicule : Par exemple un bus de transport en commun qui se rabat après (ou plutôt pendant pour être précis !) un dépassement alors que la route se rétrécit, dans un virage à droite juste avant un feu.
  • Obstruction : Se retrouver coincé derrière un pot d’échappement dans une montée et dans l’impossibilité d’avancer parce que l’automobiliste arrêté dans une file devant un feu rouge n’a pas laissé (volontairement ou non) une place pour permettre aux cyclistes de remonter par la droite.
  • Portières ouvertes : Par inadvertance sur la route d’un cycliste. Manifestement , certains conducteurs croient dur comme fer que c’est au cycliste de faire attention. Ça laisse bouche bée.
  • Routes coupées : Par un automobiliste qui vous réponds candidement qu’il ne vous a pas vu ou que vous roulez trop vite ( !?!).
  • Forcing : Une voiture vous colle dans la montée du début de l’Avenue de France pour vous signifier qu’elle aimerait passer (concept du cycliste en tant que modérateur de trafic).
  • Se faire frôler par une camionnette blanche qui passe à 50 km/h à 20 cm de votre épaule parce qu’il veut passer à la phase verte (orange) du feu suivant.
  • Coups de klaxon abusifs. Pas toujours évident de se rendre compte de la puissance d’un klaxon lorsqu’on est confortablement assis dans un voiture climatisée et insonorisée.
  • Nuisances sonores. Est-ce nécessaire de rappeler que le bruit est considéré par les spécialistes de la santé comme étant une véritable pollution. Par d’autres, le bruit est plutôt considéré comme moyen d’affirmation de soi, outil d’expression d’une sensibilité créatrice insoupçonnée, ou symbole de pouvoir. Coup d’accélérateur libidinorugissant pour se retrouver finalement coincé par un feu 20 petits mètres plus loin (Mots-clefs : Momo corse. Remus. Baquet, taille basse, aileron, verre tinté, couleur de chiotte nacrée ; Allé David, Son of... ; pétarade-caca-vroum vroum). Avides de culture : Allez faire un tour sur www.chez.com/jacky/.

 

Attitude à adopter ? Difficile de répondre. Essayer de rattraper le fautif au prochain feu. Seul point absolument positif : cela permet de développer l’explosivité et ça stimule le système cardiovasculaire. Après ça, les issues sont diverses :

  • Après une dizaine de minutes de course effrénée, tu commence à tirer la langue et à sentir tes poumons brûler (attention après un effort, les poumons ont une meilleure réceptivité à l’oxygène mais aussi aux polluants). Bref t’arrives pas à le rattraper. Tant pis. Au moins la petite course t’auras permis de te calmer et ce petit entraînement te permettra peut-être de le rattraper la prochaine fois.
  • Tu rattrapes, lui explique gentiment. Il (elle) est désoléE, admet son erreur. Vous vous quittez avec le sentiment que l’entente sur Terre est encore possible, qu’il y a un espoir pour l’humanité. D’ailleurs les extraterrestres n’arrivent-ils pas bientôt ?
  • Tu rattrapes. Tu lui explique. Il demande si t’as un problème, si tu veux qu’on en discute, bref, pas possible de discuter justement. Là, ou tu escalades ou tu laisses tomber.

1. Sauve ta peau et tes os
Quelles que soient les circonstances tu n’as ni armure ni carapace (juste un casque si tu as été assez malinE pour en mettre un), alors c’est important de savoir anticiper et calmer le jeu en tout temps.

2. Ne prends pas de risque avec l’intégrité physique des autres.
En particulier, les usagers de l’espace urbain les plus faibles (piétons, enfants, personnes âgées)

3. Respecte les autres usagers de l’espace urbain.
Veiller dans la mesure du possible au confort des autres usagers de la route. La notion de sécurité est incomplète sans celle du sentiment de sécurité. Cette notion n’est pas la même pour une personne âgée ou un Yo avec la casquette de travers pire cool traversant un passage piéton respectivement avec une canne ou une trottinette.

4. Prends ta place.
Le cycliste, n’en déplaise à certainEs a une place légitime sur la route (Ta grand-mère faisait du vélo bien avant que la voiture n’encombre les routes = droit d’ancienneté, même si t’as un vélo tout neuf). De plus, depuis quelques années, il y a de plus en plus de cyclistes à Lausanne, signe qu’il s’agit bel est bien d’une réponse crédible au problème croissant du transport urbain et de ses nuisances. Dans la pratique, ce n’est pas une évidence. Certains usagers n’admettent malheureusement pas cette légitimité. Paradoxalement, dans un espace limité, c’est souvent les conducteurs des véhicules les plus encombrant qui admettent le moins la présence de vélos. Le plan d’affectation de la ville de Lausanne prévoit les priorités suivantes en terme de transport urbain (dans l’ordre) :
- Piétons
- Transports publics
- Cyclistes
- Transports motorisés individuels.

L’expérience montre que se faire tout petit sur la route n’est pas un gage de sécurité. Dans certains cas, mieux vaut prendre franchement sa place quitte à « gêner » les autres utilisateurs.
Exemples :
- Dans un giratoire, il est reconnu que la place la moins dangereuse se trouve au milieu de la piste, et c’est légal !
- Dans le même ordre d’idée, dans un passage étroit, si tu estimes qu’il est dangereux de se faire dépasser, sache que cela n’est pas forcément l’avis du conducteur du véhicule qui te suit. Donc, arrange-toi pour qu’il ne puisse pas te dépasser.
- Toujours dans le même ordre d’idée, si un autre usager de la route empiète sur un aménagement cyclable (Sas vélo Pl. Chauderon, bande cyclable p.ex.), fait le lui savoir. En général il n’apprécie pas beaucoup, peut-être même t’expliquera-t-il que « Tu n’as rien compris ! ». Enfin, peu importe. Fais ce que tu as à faire.

5. Dès la nuit tombée, tu luiras de milles feux dans l’obscurité de ce monde.
Il suffit d’avoir conduit une voiture la nuit et d’avoir rencontré un cycliste sans phares pour réaliser l’importance de l’éclairage. L’adage du Coyote : Mieux vaut ressembler à un sapin de noël qu’à une luciole. Même si la législation ne va pas dans ce sens, les lampes à diodes clignotantes permettent de bien différencier les éclairages de cyclistes par rapport au autres sources lumineuses souvent plus puissantes. Deux phares arrières donnent plus de « consistance » au cycliste. Et permettent souvent de mieux évaluer sa distance que s’il n’y a qu’un phare. Un des grands dangers pour le cycliste est de se faire couper la route par un véhicule débouchant de la droite. Ce danger est d’autant plus grand qu’il fait nuit. Un phare clignotant dirigé vers les secteur avant droit du vélo te sauvera peut-être un jour la peau. Les catadioptres sont vraiment efficaces, pas cher légers et fiables. Ils existent aussi sous forme autocollante.

6. Mets un Casque.
(Va faire causette avec un spécialiste en traumatisme cérébral et tout deviendra clair pour toi).
Conseil du Coyote : achète un beau casque que tu aies du plaisir à mettre. Beaucoup de casques satisfont aux exigences de sécurité suisses. La différence entre un casque cher et un casque pas cher réside souvent dans ses possibilités d’ajustement (et donc capacité du casque à tenir sur la tête en cas de choc), son confort, sa ventilation et... son design. Entre Calimero et Alien, il y a une grande gamme de possibilités (Les goûts et les couleurs).

7. Mets un peu d’huile sur ta chaîne.
Contrôle régulièrement l’état de ton vélo ( et des freins !). Ton plaisir à rouler et parfois ta survie en dépendent.

8. Ne te laisse pas faire !
De temps à autre n’hésite pas à dénoncer ton congénère motorisé. Et oui, sujet délicat s’il en est. En fait, il s’agit de choisir :
Si tu estime que la circulation lausannoise s’apparente à une lutte pour la survie, que seul le plus fort ou le plus adapté survit, alors achète un beau 4x4 ou alors fais-toi mouche pour avoir un œil partout.
Si tu penses que le cycliste a le droit d’être là et qu’il doit être respecté (considéré même) alors tu t’es déjà sûrement aperçu que les discours et explications ne suffisent pas toujours à raisonner ceux qui jouent les caïds. C’est le moment d’aller voir le shérif. Trêve de blabla stérile voici une situation concrète :

Par ce beau dimanche ensoleillé, Blaize & Pierre (prénoms fictifs) font un joli petit tour avec de jolis vélos (quel plaisir). Ils s’engouffrent sur la route tortueuse qui plonge dans le vallon de l’Aubonne avant de rejoindre le fief du même nom. Blaize suit son acolyte en laissant environ 40 mètres de distance. C’est alors que surgit une Golf GTI noire verres tintés, surbaissée (le stéréotype quoi). Ladite caisse roule à tombeaux ouverts (au moins deux), les dépasse tout deux en les frôlant littéralement. Profondément choqués et irrités que l’on se permette de mettre leur vie en danger, les deux compères qui n’en sont pas à leurs premiers tours de roue, se mettent en quête d’un poste de police juste pour voir ce que ça donne. 2 voix concordantes + numéro de plaque de l’agresseur + déposition = pas grand chose dans un premier temps.
« D’ailleurs, les vélos, ça reste dehors du poste de police. »
« Comment ? »
« Tous les cycles (ça s’appelle comme ça là-bas) doivent être munis d’un antivol réglementaire » a même dit le monsieur derrière son guichet !!!
Le lendemain matin pendant la lessive : Téléphone de la police à l’un des deux intéressés : On a retrouvé la Golf noire avec le numéro de plaque = plaques volées en début d’année + voiture volée ailleurs + au moins 2 mineurs sans permis (connus de nos services) = Peut-être une bonne secouée, mais à coup sûr quelques inconscients désarmés pour quelques temps au moins. Conclusion de l’histoire : Cette déposition pour un fait assez banal t’a peut-être déjà sauvé la peau cher frère cycliste qui ne te doutes même pas de ce à quoi tu as probablement échappé.

Ce qui peut être considéré comme de la vilaine et pas gentille délation devient un acte civil, responsable et salvateur. Que ceux qui ne comprennent pas veuillent bien laisser pendant un mois leur broum-broum au garage pour faire l’expérience quotidienne du fragile cycliste. Pour résumer : Ne te laisse pas faire, fais valoir tes droits !
Lorsque tu as affaire à un irresponsable qui file après t’avoir frôlé (cas réel), un conducteur de taxi qui t’insulte quand tu lui demandes de te laisser la place dans les sas vélo au feu rouge (cas réel), un inconscient qui téléphone depuis son 4X4 lestement stationné sur une bande cyclable et qui te réponds d’un majeur arrogant alors que le reste de la chaussée est déjà noyé et congestionnée par ces irritants flot de ferraille-retour-à-la-maison (cas réel), un conducteur de bus qui te serre dans un virage et qui t’assure qu’il a laissé un mètre, au moins, n’hésite pas à le signaler à qui-de-droit (police, direction des tl ou autre).

9. Montre les crocs de temps en temps.
Après ce qui précède : Message ambivalent sans doute. Que chacun fasse selon son évolution spirituelle, ou ses tripes d’ailleurs. Beaucoup de moyens peuvent être bons.

10. Attache bien ta monture.
Sinon le retour prendra une autre tournure. La fauche. Voici deux ou trois conseils. Toujours attacher son vélo à quelque chose. Beaucoup de vélos sont équipés de serrages rapides. Ces serrages permettent de démonter une roue et de monter ou descendre la selle sans outil. C’est pratique, mais avec un peu d’expérience, il est possible de faucher les deux roues d’un vélo et sa selle en moins de 20 secondes. Première solution : Attacher les parties du vélo qui s’enlèvent rapidement. Autre solution remplacer les serrages rapides d’origine par des serrages à clé. Il n’est pas inutile d’assurer son vélo contre le vol.

Près de la moitié des victimes qui meurent chaque année dans un accident de la route sont des piétons ou des cyclistes.

15 JUIN 2009 | GENÈVE/NEW YORK -- La première évaluation mondiale de la
sécurité routière révèle que près de la moitié des 1,27 million de
personnes qui meurent dans un accident de la route chaque année sont
des piétons, des motocyclistes et des cyclistes. Si les occupants des
voitures sont aujourd’hui mieux protégés qu’avant, les besoins des
usagers vulnérables de la route ne sont pas pris en compte... .

Communiqué de presse de l'OMS 

Le Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde

C’est trop tard quand tu es par terre, dans le pare-brise d’une voiture ou sous ses roues. Tout le monde est sous le choc. Peut-être qu’à ce stade de l’histoire tu n’as de toute façon plus ton mot à dire.

Mais peut-être que tu t’en tires pas si mal, des blessures plus ou moins légères, peut-être une roue voilée. Si c’était de ta faute : tant pis pour toi, ça t’apprendra. Si c’est de la sienne, sois comme le couperet que ni la bonté ni un cœur grand comme ça ne saurait dévier d’un cheveu. A ce stade, le conducteur (s’il ne fait pas de délit de fuite) est tellement désolé et tellement gentil et "ça peut arriver à tout le monde" que l’envie te prendrait de te laisser emporter par l’envie de régler ça plus tard.

Et non, c’est pas comme ça qu’il faut faire. L’automobiliste a une carrosserie, toi pas. Au jeu de la circulation, cyclistes et automobilistes ne sont pas égaux Si tu as la chance de te relever : appelle le shérif pour un constat, cherche des témoins. Pourquoi tant d’acharnement ? :

1. En cas de blessures ou de séquelles s’il n’y a pas de constat, tu peux juste retourner pleurer chez ta maman.
2. Parfois, les conducteurs sont très coopérants au moment de l’incident, mais peuvent changer un peu d’attitude par la suite
3. Une légère touchette entre deux automobiles a souvent des conséquences financières relativement importantes. L’affaire est donc traitée avec sérieux. Ce n’est pas le cas du cycliste. Le faible encombrement de son véhicule et la facilité qu’il y a à le sortir du circuit après un accident n’aide pas à marquer les esprits. Une hanche et un coude sanguinolent rappellent plus les cours de récréation que la gravité potentielle de l’accident qui vient d’avoir lieu. Appeler le Shérif permet de remettre un peu les choses en place.
4. Les accidents réglés à l’amiable ne faisant pas intervenir les assurances ne rentrent pas dans les statistiques d’accidents. Cela tend à minimiser l’importance des accidents impliquant des cyclistes. C’est donc un frein supplémentaire à l’amélioration de leur sécurité.

Question sécurité (petit film intéressant à visionner pour info)


Matériel

OBJETS A AVOIR SUR SON VELO ABSOLUMENT

DE NUIT

La nuit tous les chats sont gris. Et tous les vélos sont gris aussi ! Donc la nuit mettez des phares !
Un phare blanc à l’avant et un rouge à l’arrière. Les phares qui clignotent sont plus facilement visibles, mais ils ne permettent pas de voir la route. Vous pouvez donc avoir un phare clignotant rouge à l’arrière et un phare continu blanc à l’avant.
Pour les obsédés de la sécurité, vous pouvez mettre un troisième phare sur votre vélo à droite. Je m’explique : quand vous arrivez à un croisement, les voitures venant de votre droite ne vous voient pas forcément car les phares éclairent devant et derrière mais pas à droite !
Il existe différent type de phares. Pour une question d’écologie, préférez les phares que vous pouvez recharger aux phares à plies traditionnelles.

Il existe aussi des bandes réfléchissantes et autocollantes que vous pouvez coller sur votre vélo ou sur votre sac. Ces bandes sont utiles quand la nuit tombe et que les phares à vélo ne sont pas encore assez puissants pour faire leurs effets. Ils sont aussi d’un grand secours dans le brouillard.

DE JOUR

De jour, l’équipement de votre vélo s’allége. La seule chose INDISPENSABLE est la vignette ! !
Si vous êtes un accro du vélo, prévoyez des pare-boue pour les jours de pluie. Autre ustensile qui peut vous sauver la vie :
- une chambre à air
- Une pompe de poche
- Quelques outils pour réparer votre dérailleur ou autre


HABITS

HABITS DE PLUIE

Hé oui il pleut ici aussi !!!! Alors si vous ne voulez pas être trempé à chaque averse voici comment vous habillez :
- Une veste imperméable, mais légère pour pas trop transpirer
- Des gants pour pas avoir froid aux mains
- Des pantalons imperméables, mais généralement les jeans retiennent la pluie pour quelque temps aussi.
- Couvre chaussures en néoprène

Et des pare-boue pour votre vélo (il appréciera l’attention et vous aussi).

AU SOLEIL

Hé oui il y a quelques fois du soleil par ici. C’est plus facile de s’habiller quand il fait chaud. Mais un ou deux conseils. Mettez toujours des gants. Cela vous sera très utile quand vous tombez. Mettez de la crème solaire, des lunettes pour pas avoir des insectes dans les yeux. Et faites attention à ce que vos lacets de chaussures ne se prennent pas dans votre pédalier, sinon c’est la chute assurée.

CASQUE

Inutile de dire que le casque est l’accessoire le plus important du cycliste. Même pour aller chercher les croissants le dimanche matin, mettez un casque ! Il existe beaucoup de casques de différentes couleurs, designs et tailles. Normalement, tous les casques sont aux normes européennes de sécurité, mais préférez un casque à partir de 70.- chez un marchand de vélo. Les grands fabricants proposent des programmes d’échange sur une année si vous tombez avec leurs casques (renseignez-vous chez votre marchand).

Votre casque doit être à la bonne taille, il ne s’agit pas d’un pantalon bagi qui tombe sur les fesses. Il doit être à la taille de votre tête. Plus le casque est cher plus vous aurez de possibilités de réglages. La sangle jugulaire doit être tendue, mais elle ne doit pas vous faire mal à la gorge. Le maintien derrière la tête est fait pour que le casque ne parte pas en arrière à la première bosse.

Le prix d’un casque est surtout dû aux nombres d’aérations. Il est bien plus cher de faire un casque avec de multiples aérations qu’un casque de chantier... Alors à vous de voir quel confort vous voulez avoir avec votre casque. Les mousses à l’intérieur sont détachables et lavables.

Les casques sont construits de manière à ne recevoir qu’un seul choc. Donc si vous tombez, et même si en apparence votre casque n’a pas de faille, changez-le. À la prochaine chute, il vous sera d’aucune utilité s’il a déjà reçu un choc.

Nous recommandons aussi de changer votre casque tous les deux ou trois ans, à cause des petits chocs qu’il aura subi et des différences de températures qui le maltraitent.


VELO D’OCCAZ’

Si vous voulez acheter un vélo d’occasion, voici quelques conseils pour vous aider à ne pas vous faire arnaquer :
Discutez le prix. Toujours. On n’est pas au Maroc, mais marchander fait partie des petites joies de la vie et c’est un bon entraînement pour vos prochaines vacances au Mexique !

Demandez à voir le vélo et contrôlez les points suivants :
- Gommes de freins en bon état
- Usure de la chaîne, des plateaux, et du dérailleur arrière
- Jeu dans les roues, dans le pédalier et la direction
- Peinture en bon état (signe que le proprio est soigneux)
- Câbles de freins et vitesses pas rouillés
- Pneu pas trop râpé

Si tous les points ci-dessus sont en ordre, le vélo vaut la peine d’être acheté, enfin à un prix raisonnable.

Dernier conseil, demandez justement conseil à une personne qui s’y connaît mieux que vous.

Même si le débat de leur bilan écologique et énergétique reste ouvert, les vélos électriques ou à assistance électrique soulagent les mollets et les poumons des cyclistes.

Vous trouverez quelques infos utiles sur la mobilité durable, dont la question des subventions, sur le site des Services Industriels Lausannois.

Voici un lien intéressant si vous êtes à la recherche d'un vélo pliable !

PRO VELO Région Lausanne recommande fortement le port du casque dans le trafic quotidien comme mesure pouvant permettre d'atténuer les conséquences d'accidents. Des campagnes d'information doivent être menées dans ce sens et en particulier sur le port correct du casque.

PRO VELO Lausanne s'oppose par contre à l'obligation du port du casque car cette mesure décourage l'utilisation du vélo comme mode de déplacement ayant pour conséquence une diminution du nombre de cyclistes sur les chaussées.

Le transport des bébés et des enfants à vélo ?

De plus en plus de sièges "bébé" ou de vélos additionnels sont comptabilisés. Le fait d’avoir des enfants ne devrait en effet pas vous pousser à abandonner le vélo au profit de la voiture pour conduire bébé à la crèche ou les enfants à l'école, car des solutions existent.

Toute une série d'accessoires sont disponibles ; du sac porte-bébé au maxi cosy à fixer sur le porte-bagages avec une attache spéciale, du siège bébé (avant ou arrière) à la remorque en passant par le vélo additionnel. Avec un bon équipement, on peut prendre deux enfants sur le vélo et les courses en plus.

Avant la naissance
Il n'y a pas de règle générale. Des cyclistes enceintes ont roulé à vélo jusqu'au dernier moment et d'autres ont été découragées de le faire par leur médecin. A voir donc suivant les conseils de votre médecin traitant et en fonction de votre forme du moment.

Avant 9 mois
Avant 3 mois, il est déconseillé de rouler à vélo avec le bébé. Préférez donc la marche à pied et les transports en commun.
Ensuite, il existe différents types de sacs pour transporter le bébé à vélo. Le siège bébé n'est pas conseillé avant 6-9 mois au moins, voir un an, avant que la tête du bébé tienne solidement toute seule. Certains sacs s'adaptent à la taille du bébé.

De 9 mois à 6-8 ans
Pour les petits parcours, pour aller en ville ou à la crèche, le système siège avant + arrière permet de transporter aisément deux enfants. A l'avant, entre les bras, l'enfant se sent en sécurité et il devient possible de bien discuter.... Consultez le fichier attaché ci-joint.

- Quelques conseils sécurité en plus: http://www.petitmonde.com/iDoc/EnVue.asp?id=30727

- Conseils et comparaisons (pour 2 sièges): http://www.annuaire-enfants-kibodio.com/dossier/siege-velo-bebe-enfant.h...

- Conseils sécurité et prix: http://www.webmarchand.com/a/liste_produit/idx/3070907/mot/Siege_enfant_...

 

En attaché, vous trouvez également, l'étude que l'ATE et PRO VELO ont élaboré ensemble sur le transport des enfants à vélo, en particulier au moyen des remorques.

Etude PRO VELO (pdf) >>>
Transport Enfants et Bébé (pdf) >>>

Voici des informations très intéressantes transmises par un internaute:

Le tandem Onderwater est une exellente solution pour offrir des balades à vélo à un enfant qui souffre de handicaps, mais qui se tient seul en selle, les mains au guidon"fixe" tout en lui permettant d'être participatif.

Ce tandem est  fabriqué aux Pays-Bas,
http://www.onderwaterfiets.nl

Ci-après, les coordonnées d'un importateur en Suisse :
www.doubledutch.ch
Le prix tourne autour de Fr.  2'000.-

Un autre modèle, avoisine les Fr. 5'000.-
http://www.euromove.be/be-fr/handicap/produits/copilot/index.html
il existe également en "tricyle"

Le cargobike, utilisé par les coursiers lausannois, peut être modulable selon ces besoins. A l'image de Ralph qui adapté un siège spécial pour sa fille:
- cargobike.ch
- choupette à bicyclette

Enfin, il y a le "fameux" Pino-Hase
http://www.hasebikes.com/35-1-pino-tour.html


Météo et vélo

Le point sur la pollution de l’air à Lausanne et aussi ses effets sur nos poumons.

Pollution de l’air à Lausanne : situation actuelle

Contrairement aux idées reçues, le climat de la région lausannoise est bien adapté aux trajets pendulaires à vélo à Lausanne. A part quelques jours particulièrement pluvieux ou neigeux (comme la période de fin janvier-début février 2003) où la pratique du vélo requiert une bonne motivation et un équipement adapté, la météo locale est clémente avec les adorateurs de la bicyclette et les amoureux du vélo. Alan Howling (alan.howling(a)epfl(point)ch), membre de PRO VELO Région Lausanne et pendulaire quotidien entre le nord et le sud de Lausanne, a observé pendant une année les conditions météo lors de ses deux trajets quotidiens.

Ses conclusions générales après 446 trajets :
Le climat est bien adapté aux trajets pendulaires à vélo à Lausanne, contrairement à ce que pourrait penser un non-cycliste. Même en prenant le bus ou un taxi par mauvais temps, le vélo est nettement moins cher qu’une voiture, sans compter les avantages personnels pour sa santé et son plaisir et les bénéfices pour la communauté (environnement (bruit, pollution de l’air), fluidité des transports, encombrement de l’espace, etc.).

Sur ce graphique, les trajets sont représentés par mois en comptant le nombre de trajets secs (ou légèrement humides), mouillés et trempés. Le cycliste a été mouillé ou trempé dans moins de 5% des cas (le nombre de trajets par mois varie en fonction des vacances et des congés) !

Voilà les statistiques météorologiques annuelles complètes et détaillées pour un cycliste en région lausannoise.

Pendant la période entre la 1ère et la 2ème assemblée générale de CYCLIC (act. PRO VELO Région Lausanne) (novembre 2001 - novembre 2002) et sur un trajet quotidien (du lundi au vendredi) du nord au sud de Lausanne, les conditions météorologiques (température, vent, pluie, luminosité et neige-verglas) ont été observées lors de 223 aller-retour (le matin entre 08:00 et 08:30 ; le soir entre 18:00 et 19:00), soit 446 trajets au total.

Mesures d’après la station météo de Pully, sur : www.meteosuisse.ch

Températures
Minimum : -9.0 °C (14 décembre 2001)
Maximum : +31.7 °C (18 juin 2002)
Ecart entre températures minimales et maximales : 40.7 °C
Nombre de trajets lors de gel (0 °C ou moins) : 28 trajets (6.3%)
Statistiques TEMPERATURE (voir fichier attaché)

Vent
Un vent de 3 m/s correspond plus ou moins à la vitesse d’un cycliste soit 10.8 km/h (évidemment les cyclistes sportifs peuvent se sentir déshonorés !)
Nombre de trajets avec fort vent contraire (3 m/s ou plus) : 18 (4 %)
Nombre de trajets avec fort vent favorable (3 m/s ou plus) : 15 (3.4 %)
Statistiques VENT (voir fichier attaché)

Pluie
La pluie est mesurée en observant les millimètres d’eau qui tombent en 10 minutes. S’il tombe 0.1 mm de pluie en 10 minutes, on considère que le cycliste est mouillé. S’il tombe 0.2 mm de pluie en 10 minutes, on considère que le cycliste est trempé.
Nombre de trajets "mouillés" : 20 (4.5 %) dont 6 "trempés" (1.3 %)
Malgré un climat relativement humide à Lausanne, il n’a plu que rarement pendant les trajets. Statistiques PLUIE (voir fichier attaché)

Neige et Glace
La neige est mesurée en centimètres et le verglas selon une échelle subjective de 1 à 10
Nombre total de trajets avec neige : 5 (1.1 %)
Epaisseur maximale de neige : 3 cm
Nombre total de trajets avec du verglas : 7 (1.6 %) (Pneus à clous recommandés !!)
Statistique NEIGE (voir fichier attaché)

Luminosité
La luminosité est mesurée selon une échelle subjective de 1 à 10
Trajets où les phares étaient indispensables (niveau 5 ou moins) : 146 (32.7 %), 37 matins et 109 soirs
Trajets où les phares étaient indispensables ou utiles (niveau 7 ou moins) : 263 (59 %), 122 matins et 141 soirs
A remarquer que, en dehors de l’heure d’été, les phares étaient indispensables tous les soirs. Statistiques LUMINOSITE (voir fichier attaché)

PDF:

Vent >>>
Température >>>

Pluie >>>

Neige >>>
Luminosité >>>



Bonnes idées d’ailleurs!

Des vélos mis à disposition gratuitement ou encore des programmes de
partage de vélos offrent une solution pour remédier à la circulation et
au stationnement saturés sur les campus. Par ailleurs, l'opération a
remporté du succès auprès de la communauté et celle-ci s'est renforcée.

Pour plus d'information.

Notre correspondant à Las Vegas a ramené des images exclusives des transports de vélo par les bus.
Photo: K. Gossweiler

 

 

 

Les "taxis" tricycles électriques se répandent en France. C’est
certainement un bon projet pour limiter le nombre de véhicules à moteur
et pourquoi pas pour déplacer une petite famille !

 

 

 


Loisirs et vélo

Comment combiner vélo et transports publics pour se rendre en montagne: Montagne Autrement.

 

 

 

 


Divers

Voici une présentation réalisée Par le Dr. Boris Govanovic, Médecin du Sport au CHUV, et présentée lors de l'assemblée générale de PRO VELO Région Lausanne le 9 mai 2012.

Accès au document PDF >

Campagne de promotion "un été à vélo" : Location des affiches pour décoration de halls!

Accès à la page >>>

La présente étude a pour objectifs d'apporter des réponses aux questions suivantes :

> Qui utilise le vélo électrique ?  
L’étude se concentre sur le profil des utilisateurs de VAE en fonction de la catégorie socio-économique, du revenu, du niveau d’étude, de l’âge, du sexe ainsi que de la commune de résidence. 
> Comment le vélo électrique est-il utilisé ?  
Les pratiques de mobilité liées aux VAE sont répertoriées et analysées en cernant les usages fréquents et moins fréquents, leur spatialité et leur temporalité. Plus précisément, l’objectif est d'identifier les motifs des déplacements effectués avec le VAE, les origines et les destinations, la fréquence, la longueur et la durée de ces déplacements, ainsi que les moyens de transport anciennement utilisés pour réaliser ces trajets. Les nouveaux comportements de mobilité conséquents à l’achat d’un VAE sont également explorés. 
> Pourquoi a-t-on acquis un VAE ? 
L’étude identifie les principaux motifs d'achat du VAE (par exemple, la prise de conscience des problématiques environnementales, le désir de diminuer les efforts par rapport aux vélos conventionnels, etc.) et les actions qui ont pu encourager cet achat (promotions d’associations, publicité d’une marque, bouche à oreille, octroi de subvention par les communes etc.). 
> Quel est le potentiel d’usagers habitant Genève ? 
En fonction des résultats de l'enquête, l’étude estime le potentiel d’usagers du VAE pour la Ville et le canton de Genève (deux des trois mandants). 
> Quel est l’économie d’énergie/de CO2 réalisée grâce aux déplacements désormais effectués en VAE ?  
Le potentiel d’économie d’énergie/de CO2 qui résulte du report modal générée par l’usage du VAE est aussi évalué.

Vous pouvez télécharger l'étude complète ainsi que la synthèse de l'étude ci-dessous.

Rapport VAE.pdf >>>

Synthèse provisoire rapport VAE.pdf >>>

En premier lieu, PRO VELO tient à rappeler l’importance pour tous les usagers de la route, y compris les cyclistes, du respect des règles de la circulation. Il en va de la sécurité de tous les usagers. PRO VELO appelle ses membres au respect du code de la route et à un maximum de fair-play, en particulier auprès des piétons.

Notre association encourage un moyen de transport non polluant et rapide sur de petites distances, pour le bien de toute la population, mais ne cautionne en aucune manière le comportement illicite dangereux de certains cyclistes.

Nous ne pouvons donc approuver des cyclistes se déplaçant p.ex. sur les trottoirs alors même que des pistes cyclables seraient disponibles, ou enfreignant délibérément des feux rouges sur un grand carrefour, au mépris et à la frayeur d’autres usagers. Nous rappelons régulièrement à nos membres l’importance de rouler visibles et éclairés la nuit, de respecter les feux rouges (pour leur propre sécurité), ou de laisser suffisamment de place sur le trottoir lors d’un parcage de vélo (par respect pour les piétons), pour ne citer que quelques points.

Il est toutefois indispensable à ce stade d’expliquer certains comportements qui peuvent prêter le flan à la critique. En effet, il faut noter qu’un cycliste est vulnérable, n’ayant pas de carrosserie pour le protéger, et il peut enfreindre certaines règles pour protéger son intégrité physique, pour des raisons de sécurité car il n’existe pas d’aménagements cyclables. Il s’agit par exemple d’anticiper le feu vert pour ne pas être « coincé » par le flux de la circulation, ou d’utiliser un trottoir à la montée (sans danger pour les piétons) alors même qu’aucun aménagement cyclable n’est prévu sur la route (p.ex. l’avenue de Beaulieu, la rue de la Borde ou l’avenue du Grey en sont des exemples typiques spécifiques à la ville de Lausanne). Nous demandons aux autorités de créer des pistes cyclables, ce qui permettrait aux utilisateurs de la petite reine de respecter la loi sans mettre leur vie en danger.

D’autres situations peuvent sembler pour des personnes mal informées un non respect des règles de circulation, alors que la législation l’autorise, comme traverser un giratoire en restant au milieu de la route, rouler sur des zones piétonnes le tolérant (p.ex. la Rue de la Tour ou Haldimand à Lausanne), remonter les files arrêtées par la droite.

Il faut également noter l’inadéquation de la signalisation routière pour les cyclistes à certains endroits : par exemple, un feu rouge pour un tourner à droite ne fait pas sens pour les cyclistes. En Suisse allemande, on trouve très souvent un feu vélo orange clignotant pour les tourner à droite. Les cyclistes ne commettent ainsi plus de fautes lorsque la signalisation routière est adaptée à ce mode de déplacement. Il est à noter également que les pays favorisant l’usage du vélo (Pays-Bas, Danemark, certaines villes d’Allemagne) ont développé des très nombreux aménagements cyclables grâce auxquels les usagers cyclistes ne ressentent plus le besoin de rouler sur les trottoirs (voir article « Vélocité n°87 - la revue du cycliste urbain éditée par la FUBicy").
Article Vélocité de la FUBicy

Il faut également souligner qu’en ce qui concerne les risques d’accidents entre piétons et cyclistes, les conséquences sont heureusement moins graves qu’en cas d’implication avec un véhicule motorisé (poids, vitesse modérée...). Ce qui n’excuse évidemment pas n’importe quelle conduite dudit cycliste.

Enfin, il s’agit de rappeler que les incivilités ne sont malheureusement pas l’apanage des cyclistes et concernent toutes les catégories de personnes (piétons traversant au rouge ou hors de passages piétons, automobilistes téléphonant en conduisant, se parquant sur les trottoirs ou n’accordant pas la priorité aux piétons sur les passages, autobus se rabattant brusquement sur un cycliste...). Il s’agit donc bel et bien d’un phénomène de société et non imputables aux seuls cyclistes.

Pour agir dans le concret, notre association organise des ventes de phares ainsi que des cours de conduite cycliste de manière à aider adultes et enfants à apprivoiser la circulation en toute sécurité.

En conclusion, PRO VELO tient à souligner qu'il ne faut pas oublier que grâce aux cyclistes, les villes sont moins polluées, moins bruyantes et plus conviviales. Nous somme donc d'avis qu'il est très important de favoriser ce mode de déplacement dans l'intérêt du plus grand nombre, étant entendu que les cyclistes doivent bien évidemment respecter les règles pour que tout ce passe au mieux.

L'attrait du vélo est renforcé par le contresens cyclable, un dispositif tout simple qui assure rapidité, diversité et sécurité au cycliste. Il est important aujourd'hui de développer les arguments techniques et les principes de « bonne conduite » pour que le contresens cyclable devienne la norme dans les rues à sens unique.

Il faut appliquer les normes VSS 640201 et 640202 pour calculer les largeurs nécessaires des contressens.

A consulter également, en fichiers annexés: La Rue de l'Avenir sort en 2009 un numéro sur les zones 30 et PRO VELO Info, édition no 11 de février 2010 traite du sujet des contresens.

  • Les contresens en France:

Site de la Fubicy et Etude du CERTU lorsque leur généralisation était à l'étude.

  • et en Belgique:

Site de Pro Velo et Evaluation sur mise en palce de 14 contresens (résultats: pas plus d'accidents, pour d'avantage de cyclistes.

 

Fichiers attachés:

Zone Avenir (pdf) >>>

Journal PRO VELO (pdf) >>>